Sonotone …

.

.

« Géopoétique », enfin le nouvel opus de Mc Solaar (le 8ème), et ce après dix ans d’attente !!

.

.

Et, en avant-goût, un premier single extrait de l’album : « Sonotone ».

.

.

Une chanson qui parle « de quelqu’un qui a envie de retrouver sa jeunesse, qui commence à avoir des signes de vieillissement jusqu’à porter un sonotone

.

.

À 48 ans, l’interprète de « Bouge de là » s’apprête à sortir « Géopoétique » le 3 novembre prochain. Un album qu’il souhaite présenter comme « un voyage » dans lequel « il y aura de la poésie, un peu abstraite » mais aussi « la vie des gens » et « un peu de politique ».

.

.

Il faut bien avouer qu’il s’agit là de l’un des évènements musicaux de cette rentrée 2017 :

.

« Je pars du principe que nul n’est indispensable. On me l’a dit une fois, deux fois, dix fois, quatre-vingt fois, cent fois, cent-dix fois… Et puis un jour du mois de juin de l’année dernière, j’ai dit : ‘C’est bon, il faut y aller » (…) Je ne prends le stylo que quand j’ai un objectif, explique-t-il. Je vis des choses, j’accumule dans ma tête, j’essaye de faire en sorte que la frustration crée l’arsenic. Pas d’angoisse du tout, ça va vite. C’est la preuve que ça me manquait. »

.

.

Et savez-vous ce que notre rappeur national a fait durant cette décennie ?

.

.

« Je crois que j’ai vécu la vie normale, c’est-à-dire aller dans les musées, voir des amis en studio, prendre du recul, raconte-t-il. J’en ai pris peut-être un peu beaucoup (rire). J’ai revécu une vie un peu plus lambda, moins stressante et moins trépidante. Vivre autre chose ça permet de se renouveler, d’être un peu différent. On se rend compte aussi dans cette absence que c’est un super truc. Il a fallu un manque pour se dire que j’ai bien choisi ma voie. »

.

( Source : http://m.huffingtonpost.fr/2017/09/01/mc-solaar-sonotone_a_23193277/, https://www.google.fr/amp/s/www.rtl.fr/culture/musique/mc-solaar-retour-sonotone-10-ans-dernier-album-7789917798/amp )

.

.

.

.

J’ai des rides et des poches sous les yeux

Les cheveux poivre et sel et l’arthrose m’en veut

À chaque check-up ça n’va pas mieux

J’ai la carte vermeil et la retraite, j’suis vieux

Les blouses blanches analysent ma pisse

Testent ma prostate, me parlent d’hospice

Les gosses dans le bus me cèdent leur place

Ah, ah, et quand j’me casse

Ils parlent en verlan style « tema l’ieuv »

Si les mots sont pioches c’est ma tombe qu’ils creusent

Mais je dois rester droit malgré mon dos

Ma scoliose et c’salaud de lumbago

J’étais une sommité, la qualité

J’ai bien travaillé, j’étais respecté

De juvénile, après retraité

Je n’ai pas profité, ma vie j’ai raté

.

.

Maintenant quoi ? Tu veux que je fasse du jogging ?

Rattraper les années avec du bodybuilding ?

Mettre de l’anti-rides à la graisse porcine ?

.

.

Passe clean avec peeling et lifting

Ça sonne faux, je veux le feu et la forme

Déformer le monde monotone et morne

Comme chaque printemps me pousse vers l’automne

Vers le sonotone, j’perds le sonotone

.

.

J’perds le sonotone (x16)

.

.

J’suis prêt à appeler les forces des ténèbres

Dévertébrer le verbe de toutes mes lèvres

Pour devenir celui qui gambadait dans l’herbe

J’lève la main gauche et déclare avec verve

Être prêt, pour la face ou l’envers

Pacte avec Dieu ou pacte avec l’enfer

J’veux … l’élixir, la luxure

Le luxe d’être permanent comme le clan Klux Klux

.

.

Toi,

Viens à moi

Tu deviendras

Explosif comme l’Etna

Agenouille-toi

Et regarde vers le bas

.

.

(Agenouille-toi et regarde vers le bas)

Vers le sonotone, j’perds le sonotone

.

.

J’perds le sonotone (x16)

.

.

Qu’est-ce qui s’passe ? J’me sens revivre

De vieux papillon je passe à chrysalide

J’étais impotent, maintenant ma peau s’tend

Comme à 20 ans, j’ai avalé le printemps

Jeune, fun, j’brille comme un gun neuf

J’ai du sang neuf, je veux mille meufs

Plus mille potes de Bangkok à Elbeuf

Le tout si possible arrosé de mille teufs

Car tout est vicié, cercle vicieux

Là-bas la vessie, ici la calvitie

À toi merci, j’ai les preuves de ton oeuvre

La jeunesse éternelle pour réécrire mon oeuvre

Résurrection, retour de l’érection

De l’action quand avant c’était fiction

Retour de la libido, des nuits brèves

Des alibis bidon pour réécrire le rêve

.

.

Elle

Belle ..

Citadelle assiégée

Par une armée rebelle

Moi

En émoi …

Escaladant la pierre

Pour finir dans ses bras

.

.

J’peux l’faire, j’ai le feu, la forme

Transform’ mon monde monotone et morne

Avaler le printemps, recracher l’automne

Parce que rien n’se perd et tout se transforme

.

.

Parce que rien n’se perd et tout se transforme

Vers le sonotone

.

.

J’perds le sonotone (x16)

.

(J’aurais voulu te dire …)

J’aurais voulu te dire que je m’en vais

(J’aurais voulu te dire que je m’en vais, que je m’en vais …)

J’aurais voulu te dire que je m’en vais

Publicités

« 13 »

~ On peut réussir à faire un album comme si on était un nouveau groupe, même avec douze albums derrière. ~

Nicola Sirkis, Indochine

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

« 13 »

Le dernier album d’Indochine !

J’ai découvert, hier, en roulant, le premier single extrait de prochain album d’Indochine, « 13 ». Il s’agit de « La vie est Belle »

Je vous laisse le découvrir avant de vous en dire plus …

.

.

La sortie officiel de cet album, enregistré en 2016-2017, sortira demain, le 8 septembre 2017, sous le label « Indochine Records », un album pop-rock, new wave, synthpop.

Nicolas Sirkis, sans surprise, en est l’auteur et l’un des compositeurs, avec Olivier Gérard.

.

La pochette du disque a été réalisée par le photographe néerlandais Erwin Olaf, y figurent deux rangées d’enfants, composées d’une majorité de filles. Le cliché compose une photo de classe fictive sur laquelle les élèves portent des costumes colorés, certains arborant aussi des écharpes-drapeaux.

Cet album, est l’aboutissement d’un long chemin de tests et d’écriture commencé il y a plusieurs années. Un album engagé qui reflète l’inquiétude qui habite notre pays, sans pour autant plonger dans le pessimisme. « Un été français », par exemple, fait référence à la peur que véhicule le FN …

« Le monde d’aujourd’hui ne nous déplaît pas, c’est ce que les gens en font. Je ne trouve pas que les textes soient sombres, ils sont juste dans la réalité« . (Nicola Sirkis)

.

.

.

.

(Sources : wikipédia, gala.fr, francetvinfo.fr)