Le choix (Ismaïl Kadaré)

Arbrealettres


Le choix

Tu as pleuré, puis tu m’as dit à voix étouffée
que je te traitais comme la dernière des prostituées.
Je n’ai pas prêté attention à tes larmes;
sans le savoir, pourtant, je t’avais rendu les armes.

Un beau matin, j’ai rouvert les yeux
sur un monde vide; tu étais partie sans dire adieu.
Ce que j’avais perdu, je l’ai alors compris.
Ce que j’avais gagné, je l’ai réalisé aussi.

Mon chagrin neuf resplendissait comme un saphir;
comme l’éclat du jour finissant, mon bonheur s’assombrissait.
Entre les deux je ne savais lequel choisir,
tant l’un et l’autre de beauté rivalisaient.

J’ignorais que ces trésors ont le pouvoir
de répandre en même temps la lumière et le noir,
qu’ils contemplaient tous deux ma joie
de vivre, et à la mort me faisaient songer cent fois.

(Ismaïl Kadaré)


Illustration: Marie-Pierre Kuhn

View original post

Publicités

4 commentaires sur “Le choix (Ismaïl Kadaré)

  1. Pat dit :

    Vivre seul ou accompagné sont des choix qu’il faut peser…et ensuite en accepter les avantages comme les inconvénients et ce poème traduit bien les tergiversations de l’âme.

  2. ideelle dit :

    Etre accompagné(e) et vivre seul(e) …. Un concept tentant. Mais ce poème est magnifique 😊

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s