Un moment exceptionnel …

UN MOMENT EXCEPTIONNEL, par Henry Hermand
.

.

A l’heure où ces lignes sont écrites, qui peut savoir ce qu’il adviendra lors de leur parution ? Où en seront ces grèves spectaculaires, celles qui bloquent centrales nucléaires et ports, et qui sont de nature à frapper les esprits ? Où en seront les violences entre forces de l’ordre et militants chauffés à blanc par des syndicats qui frappent d’autant plus fort qu’ils sont en situation de faiblesse ? Et où en sera l’état de l’opinion qui observe avec plus ou moins d’angoisse ce que de Gaulle appelait « la chienlit ». Une opinion que l’on a mal préparée à comprendre les formidables mutations qui secouent le monde – le numérique, la robotisation, les nouvelles technologies, les start-up innovantes-, que l’on a mal préparée à subir les conséquences d’une mondialisation implacable, – rares sont aujourd’hui les produits industriels qui n’ont été fabriqués que dans un seul pays.
.

.
Alors, dans ce desarroi généralisé, puisse-t-on vite en revenir aux réalités. Tous nos maux relèvent d’un chômage de masse insupportable et de l’inquiétude qu’il génère chez les jeunes. Il est temps de rappeler les grands principes de nature à inverser l’actuelle tendance mortifère.
.

.
En ce qui concerne la législation du travail, le système actuel tend à protéger ceux qui ont un emploi au détriment de ceux qui en recherchent un. Il faut absolument inverser cette tendance. Plutôt que de légiférer sur tout, il conviendrait de donner la priorité aux accords d’entreprise.
.

.

Pour la fiscalité, au lieu de frapper uniformément capital et revenu, il faudrait s’attaquer d’abord à la rente et alléger le coût de l’investissement productif, seul capable de relancer compétitivité et croissance.
.

.
Pour les dépenses publiques, nous devrions réduire toutes celles qui sont improductives en faveur des plus nécessaires – éducation, formation, culture … -, et surtout nous efforcer de réduire l’invraisemblable monceau de normes aussi paralysantes qu’onéreuses.
.

.

Mais il faut aussi aller plus loin que ces mesures d’urgence, et redonner de l’espoir en réinsufflant du sens. L’Etat Providence des Trentes Glorieuses est derrière nous. Nous devons inventer le système Social du XXI eme siècle – un système social propre à notre culture, plus européen qu’anglo-saxon dans son esprit, où la protection des plus défavorisés restera la règle absolue, avec l’assurance d’un minimum de décence sociale. Car il ne saurait y avoir d’espoir possible dans un Etat où subsiste la grande pauvreté.
.

.

[ Le 1, numéro 109 du 1er juin 2016)

.

.

Publicités

2 commentaires sur “Un moment exceptionnel …

  1. loisobleu dit :

    LABYRINTHE

    Il n’y a pas de porte. Tu y es
    Et le château embrasse l’univers
    Il ne contient ni avers ni revers
    Ni mur extérieur ni centre secret.
    N’attends pas de la rigueur du chemin
    Qui, obstiné, bifurque dans un autre,
    Qu’il ait une fin. De fer est ton destin
    Comme ton juge. N’attends pas l’assaut
    Du taureau qui est homme et dont, plurielle,
    L’étrange forme est l’horreur du réseau
    D’interminable pierre qui s’emmêle.
    Il n’existe pas. N’attends rien. Ni cette
    Bête au noir crépuscule qui te guette.
    José Luis Borges

    Rien en dehors de rien
    ne peut sortir
    d’une politique de mine aux torts
    N-L 25/06/16

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s