Correspondance

Pour dire …

Le ciel de Leyenda

courrier-couple

Un mari a-t-il le droit de lire la correspondance de sa femme ? Bien vieille question, que la conférence des avocats vient encore de discuter. Il y a dix ans, cette même question fut posée devant la même conférence, qui la résolut par l’affirmative en vertu du principe que « la femme doit obéissance à son mari ».

Plus galant, plus respectueux de l’honneur de la femme, et plus croyants en sa vertu, les avocats de nos jours ont déclaré que le mari n’avait pas le droit de contrôler la correspondance de sa femme. Ils considèrent qu’il serait exorbitant de reconnaître un tel droit au mari.

La question s’est posée aussi devant les tribunaux; et si ceux-ci. reconnaissent la puissance du mari, ils y apportent un correctif : car, par une jurisprudence dès longtemps établie, ils ont reconnu que « le mari d’une femme vertueuse qui exercerait ce contrôle se rendrait coupable envers…

View original post 18 mots de plus

8 mars -Journée des droits de la femme

Merci …

Apprendre à écouter

Aujourd’hui, c’est la journée des droits de la femme.

Normalement, il ne devrait pas y en avoir car c’est logique que les femmes aient les mêmes droits que les hommes. Et pourtant, malheureusement, il y a du boulot.

 

Article 1er de la déclaration des droits de l’homme et de la femme

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

 

Alors, tous les êtres humains, cela implique bien les hommes et les femmes. Nous sommes différents mais complémentaires. Nous avons nos forces et nos faiblesses en fonction de ce que nous sommes et nos histoires respectives.

Femmes, vous avez le droit de vous révolter en cas d’injustice.

Femmes, vous avez le droit de dire non et surtout le devoir de vous exprimer…

View original post 201 mots de plus

La lune et le cyprès

lesmotstouchants


Cette lumière est celle de l’esprit, froide et planétaire,
Et bleue. Les arbres de l’esprit sont noirs.
L’herbe murmure son humilité, dépose son fardeau de peine
Sur mes pieds comme si j’étais Dieu.
Une brume capiteuse s’est installée en ce lieu
Qu’une rangée de pierres tombales sépare de ma maison.
Je ne vois pas du tout où cela peut mener.

La lune n’offre aucune issue, c’est un visage morne
D’une blancheur d’os effroyable.
Elle traine derrière elle l’océan comme un crime obscur ; elle est calme,
Trou béant de désespoir total. J’habite ici.
Deux fois tous les dimanches les cloches ébranlent le ciel –
Huit langues puissantes annoncent la Résurrection.
A la fin, seul vibre le son grave de leur renommée.
Le cyprès se dresse alors, gothique.
Aux yeux levés sur lui, il désigne la lune.
La lune est ma mère. Elle n’a pas la patience de Marie.
Son vêtement…

View original post 105 mots de plus