LUMIERE DES ROSES

 

J’ai découvert tout dernièrement une galerie spécialisée dans la photo d’Amateur de la fin du XIXè et du début du XXè, cette galerie qui fête cette année ses dix ans d’existence est la galerie LUMIERE DES ROSES !!

 

 

LUMIERE

 

 

En règle générale, on ne sait rien des photographies, ni les auteurs, ni les modèles, pas plus que les dates et les lieux !! Cette galerie, créée à MONTREUIL dans un atelier de menuiserie par Philippe JACQUIER et son épouse Marion suscite l’intérêt de plus grands tels le Getty Museum de Los Angeles, le MoMa de New-York, le Met ou encore le MoMa de San Francisco.

 

 » Depuis sa création en 2004, la galerie Lumière des Roses explore le champ fécond et immense de la photographie anonyme pour en extraire des images que l’oeil, indifférent à la signature, reconnaîtra pour leur valeur intrinsèque, leur liberté, leur pouvoir d’évocation ou toute autre raison qu’il ne saura pas forcément nommer. « 

 

LUMIERE1

 

 

 

Cette galerie se nourrie de « photographies qui aimantent le regard et dont l’on ne fera jamais vraiment le tour celles qui suggèrent davantage qu’elles ne montrent »

 

Trouver « LA  » photographie, nécessite du temps, celui  « de fouiner, fureter, feuilleter, plonger sa main dans les inépuisables albums de l’histoire de la photographie. La France est un formidable grenier« .

 

Portraits, études de nus, images médicales …. autant de trésors anonymes, témoignages quasi « vivants » d’une époque.  

 

 

LUMIERE2

 

 

La Galerie Lumiere des Roses, une excellente adresse  !!!

 

 

http://www.galeriedesroses

Galerie Lumière des Roses, 12-14 Rue Jean Jacques Rousseau, 93100 Montreuil

 

(Source magazine « Styles »)

 

 

Arthur BRAGINSKY

 

 

ARTHUR BRAGINSKY

 

 

arthur
Arthur BRAGINSKY est né le 25 juin 1965 à Moukachevo. En 1982, est diplômé de l’école d’art de Moukatchevo. Plus tard a étudié à l’Institut polygraphique Lviv I. Fedorov. Depuis 1987 à 1989, il  a travaillé comme artiste en philharmonique régional (Uzhgorod),  et puis plus tard, dans une théâtre dramatique russe décorateur (artiste de propriétés).
arthur1 arthur2

Il a exposé son travail à diverses reprises :

1991 – Uzhgorod, Ukraine
1992 – Stuttgart, Allemagne
2001 – Zalaegerszeg, Hongrie
2001 – Vonyarcvashegy, Hongrie
2002 – Keszthely, palais-musée du Hongrie Festetic (spectacle)
2003 – Budapest, Hongrie
2005-Chakvar Hongrie
2006 – Zalaegerszeg, Hongrie
2007 – Allemagne, Bad Windsheim2007 – ArtEXPO 2007 France Chaville(Paris)
             Artiste de Microsoft Austria Salzbourg exposition Hongrie
2008 – Russie Moskva Gostiniy Dvor « Portraits »
             Salon 2008-Art Moscou
             Moscou 2008 – X-Show
             Exposition de groupe Galerie de JMA Vienne (Autriche)
             Exposition Art événement Belgique Anvers
             Exposition LINEART GENT, Belgique
             Médaille « Talent et Vocation » de l’alliance dans le monde entier « Peacemaker »
2009-Art Salon Moscou
           Tallin historien Museum
           Exposition de Budapest (Hongrie) Palais de Karoly.
           Présentation de la Galerie classique Artists Worldwide Ltd. (Londres).
           Moscou, art Art Manege Foire, JMA Galerie Vienne
2010 – Exposition Vienne (Autriche) dans la Galerie de JMA
           Exposition Budapest (Hongrie) Palais Duna
           China International Gallery Exposition 2010 (Galerie JMA)
           London russe, l’est de le & Oriental Fine Art Fair. Park Lane Hotel (avec Galerie de TCA).
2011 – Salon LINEART GENT, Belgique avec Galerie JMA Vienne
2012 – Vienne, Autriche, 21 st Century Art & artistes, Galerie M/Euro-Asian Art Center
            Vienne (Autriche), Galerie M/Euro-Asian Art Center
2013 – Exposition d’art Taipei, Art révolution Taipei,
            Lausane, la Foire Suisse, Erotica 13
arthur3 arthur4

 

10 000

 

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parlez de NOTRE coup de cœur du week-end (le mien et celui de mes enfants)  pour un film, certes de 2008 …. « 10 000« . Ce film, de Roland EMMERICH est bien loin d’avoir déchaîné les passions, mais nous y avons trouvé, NOUS, un certain intérêt (à défaut d’un intérêt certain …)  Notre richesse ne réside-t-elle pas dans la diversité de nos Emotions ?

 

 

10 000 brasse mythes, légendes, prophéties et péripéties mouvementées. On y rencontre de terrifiants oiseaux prédateurs, des tigres aux dents acérées, des mammouths, etc., mais l’intrigue garde de bout en bout une dimension spirituelle qui en assure l’unité.

 

 

 

10000

 

 

 

L’histoire

 

10 000 ans avant notre ère, au coeur des montagnes… Le jeune chasseur D’Leh aime d’amour tendre la belle Evolet, une orpheline que sa tribu recueillit quelques années plus tôt. Lorsque celle-ci est enlevée par une bande de pillards, D’Leh se lance à sa rescousse à la tête d’une poignée de chasseurs de mammouths. Le groupe, franchissant pour la première fois les limites de son territoire, entame un long périple à travers des terres infestées de monstres, et découvre des civilisations dont il ne soupçonnait pas l’existence. Au fil de ces rencontres, d’autres tribus, spoliées et asservies, se joignent à D’Leh et ses hommes, finissant par constituer une petite armée.
Au terme de leur voyage, D’Leh et les siens découvrent un empire inconnu, hérissé d’immenses pyramides dédiées à un dieu vivant, tyrannique et sanguinaire. Le jeune chasseur comprend alors que sa mission n’est pas seulement de sauver Evolet, mais la civilisation tout entière…

 

 

 

 

100003

 

 

 

 

Pour Roland Emmerich, le réalisateur, « Évoquer l’homme primitif vous permet de narrer des histoires très fortes, très riches où un héros doit relever seul les plus incroyables défis. J’ai voulu ouvrir dans ce film les portes d’un monde qui ne ressemble à aucun autre. »

Ce film, tourné en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud et en Namibie, n’a pas la prétention de livrer un documentaire ! Il s’agit simplement de raconter une aventure humaine, une rencontre entre des hommes et des forces qui les dépassent.

 

 Il y a en l’Homme quelque chose de profondément beau, qui n’a jamais changé….
100002
Mais Chut, le film commence !
« Seul le temps peut nous dire ce qui est la vérité et ce qui est la légende … Des vérités ne survivent pas à travers les âges, mais la légende de l’enfant aux yeux bleus vivra éternellement, et sera murmurée aux quatre vents des grandes montagnes blanches …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gordon KING

 

Qui est Gordon KING ?

 

gordon      Gordon KING est né le 6 juin 1939. Il a passé la plupart de son enfance sur la côte de Fife en Écosse avant de passer au sud de la frontière à Reading dans le Berkshire.
Son talent est apparu dès son enfance. Il a  gagné plusieurs grandes compétitions d’art dès l’âge de sept ans.  Après avoir quitté l’école, il se concentre sur l’illustration figurative, suit une formation au Carlton Studios à Londres, tout en étudiant la vie de dessin et peinture à l’Université de Reading.
gordon1 
Au début de la vingtaine, il s’est installé freelance et il est devenu membre de la société des industriels artistes (MSIAD), devenant illustrateur pour de grands magazines et agences de publicité. Dans le milieu des années 70, il a renoncé à l’illustration pour se concentrer à plein temps à ses toiles qui, à cette époque étaient principalement des huiles.  Le succès est venu assez rapidement, suite à des expositions à la Royal Academy Summer expositions à Londres, puis à la Royal Institute of Painters in Water Colours, et en peignant surtout des sujets figuratifs
Ses peintures de filles, représentées dans un environnement naturel, sont vite devenues sa marque de commerce et la popularité de l’aquarelle dans les années 80 avec le succès de ses tirages, les éditions limitées et les sérigraphies lui ont apportée la visibilité qu’il a aujourd’hui.
gordon3En 1995, son premier livre, « Une Romance avec l’Art » a été publié, avec une avance de SAR la princesse royale, grâce à un large éventail de ses huiles et aquarelles. Une seconde édition, suivra plus tard.
Gordon habite et travaille dans son studio dans le Buckinghamshire, qui constitue la toile de fond de beaucoup de ses tableaux. Il expose dans le monde entier. Son second livre  a été publié en 1999. Il a soutenu diverses oeuvres de charité .

 

Causette …

CAUSETTE, petit magazine que je viens de découvrir, de feuilleter, et dans lequel je vais plonger, après vous l’avoir présenté …

 

 

causette

 

 

Sa devise est « plus féminine du cerveau que du capiton ». En février 2012, Causette devient le premier magazine féminin à être reconnu « publication d’information politique et générale » par le ministère de la culture et à être membre de l’association Presse et Pluralisme.

 

 

Petit cadeau, pour vous donner  une idée du style « Causette » avec l’édito de Novembre 2013, en espérant vous avoir donné envie de vous précipiter dans la Presse la plus proche 😉

 

« Connaissez-vous l’histoire des soeurs Mirabal ?

Une magnifique histoire qui se termine affreusement mal. Et qui commence, comme souvent, par une affaire de quéquette trop pressante. Il était une fois trois jeunes soeurs ravissantes et intelligentes qui vivaient en République dominicaine, sous la dictature sanguinaire (1930-1961) de Rafael Trujillo. L’une d’elles, Minerva, était si belle que le tyran – à qui il ne fallait pas dire deux fois d’abuser d’une jouvencelle – l’invita au « bal obligatoire » qu’il donnait en son propre honneur. Il la fit danser, tenta de l’emballer, se fit remballer. Re-convocation à un bal. Re-gros vent. Or, Trujillo, comme tous les gros lourds, devint violent face à la frustration. Mais un dictateur ne traite pas les femmes de « grosses putes ». Non, un dictateur, dans ce cas-là, ça embastille et fait torturer votre papa chéri. Nettement plus désagréable. Minerva retourna donc voir Trujillo pour lui demander la clémence envers son père. Selon la légende, le tyran, qui ne manquait pas d’humour, lui fit jouer son destin aux dés : si elle gagnait, elle pourrait lui demander ce qu’elle voudrait. Si elle perdait, elle lui appartiendrait. Raté, Dédé ! Minerva remporta la partie, lui demanda la libération de son père et, pas gênée pour un peso, la permission d’étudier le droit – les études étaient interdites aux femmes – afin de devenir avocate. Trujillo, qui ne manquait pas de fair-play, accepta. Le père fut libéré, mais, extrêmement affaibli par la détention, mourut huit jours plus tard. Pas de bol. Minerva, que rien n’arrêtait, mena brillamment ses études. Et qui se chargea de lui remettre son diplôme ? Trujillo, pardi. Mais celui-ci, qui ne manquait pas de rancune, le jeta à la poubelle et interdit publiquement à la demoiselle d’exercer le métier d’avocat. Le blaireau tenait sa revanche. Mais, pendant ce temps, Minerva était devenue un modèle à double titre : elle était celle qui avait osé dire non au tyran et était devenue la seule femme à étudier autre chose que les arts ménagers. Après les cours, elle et ses deux soeurs participaient aux réunions clandestines visant à préparer le soulèvement, imprimaient des tracts… Plusieurs fois emprisonnées, torturées, elles ne renoncèrent jamais à leur combat. Passablement agacé, Trujillo, qui ne manquait pas non plus de ressources, leur tendit une embuscade : le 25 novembre 1960, sur une route de montagne, alors qu’elles allaient rendre visite à leurs maris emprisonnés, elles furent massacrées à coups de gourdin par la police secrète, replacées dans leur jeep puis jetées dans un ravin. Personne, bien sûr, sur l’île, ne crut à cet « accident ». Les soeurs Mirabal étaient devenues les héroïnes de tout un peuple et, curieusement, le 30 mai 1961, le dictateur – qui ne manquait pas de bonnes raisons de s’en prendre une – fut assassiné. En 1999, l’ONU vota une résolution désignant la date anniversaire de leur mort, le 25 novembre donc, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Un hommage sacré à de sacrées emmerdeuses. Voilà, vous connaissez maintenant l’horrible destin des héroïnes de la République dominicaine. La morale que je retiens ? Il n’y a pas de résistance tranquille, mais il n’y a pas non plus de souffrance paisible. Alors mieux vaut se rebeller.

Causette

(Les Trois Soeurs et le Dictateur, d’Élise Fontenaille, un livre pour raconter cette histoire aux enfants, sera en librairie le 8 janvier 2014. Éd. Rouergue)  »

 

http://www.causette.fr/le-mag/