Prix Nobel de Littérature 2013

PRIX NOBEL DE LITTERATURE 2013

Qu’est-ce que le Prix Nobel de Littérature ?

Le prix Nobel de littérature (Nobelpriset i litteratur en suédois) récompense annuellement, depuis 1901, un écrivain ayant rendu de grands services à l’humanité grâce à une œuvre littéraire qui, selon le testament du chimiste suédois Alfred Nobel, « a fait la preuve d’un puissant idéal »

Récompense considérée comme la plus prestigieuse et la plus médiatique au monde, le prix Nobel met en lumière un auteur et ses travaux. Il lui assure une promotion à l’échelle planétaire, une renommée internationale et une certaine aisance financière. Cette année le montant s’élève à 919 000 euros.

Il n’est pas rare que le prix Nobel prenne une signification politique, ayant parfois valeur de désaveu face à des régimes autoritaires. En effet, plusieurs écrivains exilés, dissidents, contestataires, persécutés ou interdits de publication dans leur pays ont été récompensés, tels Boris Pasternak, Pablo Neruda, Alexandre Soljenitsyne et Gao Xingjian.

Le prix Nobel honore avant tout les romanciers, essayistes, poètes et dramaturges. Toutefois, la liste des lauréats inclut trois philosophes (Rudolf Christoph Eucken, Henri Bergson et Bertrand Russell) et deux historiens (Theodor Mommsen et Winston Churchill, ce dernier étant également distingué pour ses discours politiques).

En 2013, Alice Munro devient le premier auteur presque exclusivement nouvelliste à recevoir ce prix.

La personnalité la plus âgée à avoir obtenu cette distinction est Doris Lessing (1919-2013), récompensée en 2007 à 88 ans. Le plus jeune lauréat est Rudyard Kipling (1865-1936), couronné en 1907 à 42 ans.

(Pour plus d’information, je vous renvoie au lien wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Nobel_de_litt%C3%A9rature)

Prix Nobel de Littérature 2013

« Trop de Bonheur »

Alice MUNRO

alice-munro

Alice Munro est née à Wingham, petite ville du comté de Huron, sur la rive sud-est du lac Huron dans l’Ontario. Son père était éleveur, sa mère institutrice. Elle publie sa première nouvelle en 1950, alors qu’elle est étudiante à l’University of Western Ontario et gagne sa vie en travaillant comme serveuse ou bibliothécaire. Elle quitte l’université en 1951 pour épouser James Munro et s’installer avec lui à Vancouver, en Colombie-Britannique. Le couple tient une librairie à Victoria à partir de 1963 et a quatre filles (dont la deuxième meurt à sa naissance).

C’est en 1968 qu’elle publie son premier recueil de nouvelles, Dance of the Happy Shades (La Danse des ombres heureuses), qui obtient le prix du Gouverneur général, la plus haute distinction littéraire canadienne. Suit le recueil Lives of Girls and Women en 1971. Divorcée en 1972, Alice Munro repart pour l’Ontario où elle épouse en 1976 le géographe Gerald Fremlin et vit depuis à Clinton, non loin de sa ville natale.

Elle se fait connaître d’un large public grâce+

à la publication de ses nouvelles dans des magazines comme The New Yorker et The Atlantic Monthly.

Sa nouvelle L’Ours traversa la montagne (The Bear Came Over the Mountain), qui évoque la maladie d’Alzheimer, a été adaptée au cinéma en 2007 par Sarah Polley sous le titre Loin d’elle (Away from Her), avec Julie Christie qui fut nommée à l’Oscar de la meilleure actrice pour ce rôle.

Faisant, depuis longtemps, figure de favorite, elle devient, en 2013, le premier écrivain canadien et la treizième femme de lettres à recevoir le prix Nobel. Elle est par ailleurs le premier auteur essentiellement nouvelliste à être distingué par ce prix.

   « Trop de Bonheur »

trop-bonheur-1274309-616x0    «Sur le quai de la gare, un chat noir croise obliquement leur chemin. Elle déteste les chats. Plus encore les chats noirs. Mais elle ne dit rien et réprime un frisson. Comme pour récompenser cette retenue, il annonce qu’il fera le voyage avec elle jusqu’à Cannes, si elle le veut bien. C’est à peine si elle peut répondre tant elle éprouve de gratitude.»

Les personnages d’Alice Munro courent après le bonheur. Quête vaine, éperdue, étourdissante, mais qu’ils poursuivent sans relâche. Dans ce recueil de nouvelles, on croise une étudiante qui accepte les propositions indécentes d’un vieillard, une mère en deuil qui change d’identité ou une femme affrontant enfin sa part de cruauté. D’une écriture précise et sensible, Alice Munro met en évidence les lignes de force invisibles guidant chaque destin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s