Masculin-Masculin (8)

« Le pêcheur à l’Epervier »

Frédéric Bazille

 

mm9« L’inscription du corps nu dans un paysage n’est pas un défi nouveau pour les artistes du XIXe siècle. A bien des égards, il s’agit même d’un élément récurrent de la grande peinture d’histoire et un exercice plastiquement exigeant à l’aune duquel est jugée la maîtrise technique des artistes.
Il s’agit en effet de parvenir à la plus grande justesse dans les correspondances de proportion, de profondeur et d’éclairage entre le corps nu et son environnement. Si le Pêcheur à l’épervier de Bazille est l’une des tentatives les plus abouties – dans un contexte contemporain – de l’inscription d’un homme nu dans une lumière atmosphérique qui devient celle des impressionnistes, il n’en oublie pas pour autant les principes de construction académique.

La nudité masculine dans la nature prend une autre signification à mesure que la société subit les transformations du progrès technique et de l’urbanisation. L’homme est alors à la recherche d’une communion avec la nature, à même de le réconcilier avec les excès et le déracinement engendrés par le monde moderne, tout en se conformant aux théories hygiénistes prônant l’exercice physique et le grand air. « 

(Extrait de la Présentation du Musée d’Orsay)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s